Home > Yacht racing - dinghies & skiffs > Moth

Benoît Marie: Premier Français au Championnat du Monde ! - De l'Australie...à l'Estonie !
Après les deux premiers jours de qualification lors desquels j’ai bien souffert – souvenez-vous des 100 chavirages du second jour – nous avons eu 4 jours de courses dans des conditions… extrêmes.
Cent chavirages, croyez-moi, ça laisse des traces. C’est le corps meurtri que je suis retourné sur l’eau les jours suivants.

Le lendemain (jour 3) était une journée à oublier avec un vent quasi absent. Je n’ai pas réussi à décoller sur l’unique manche du jour, ayant un jeu de foil court optimisé pour des conditions où le bateau n’a pas de problème de décollage… Frustrant. L’an prochain c'est sûr j’aurai un second jeu de foil optimisé pour les vents faibles !

Le jour 4 était une journée blanche où la seule sortie fût courte et violente avec une nouvelle fois des conditions de vent contre-courant qui ne nous ont – cette fois ci – pas permis de faire une manche. C’était une nouvelle sortie traumatisante à nager plus qu’à voler…

Le jour 5 fut parfait avec des conditions musclées, mais navigables, enfin ! 4 manches de courues, et enfin des résultats satisfaisants, malgré les crampes dans les avants bras ! C’est quand même plus sympa de régater que d’être en survie. Et forcément les résultats s’en ressentent avec de beaux résultats !

La sixième et dernière journée fut une nouvelle journée difficile et je suis revenu à terre en ayant fini la manche, mais avec une déchirure du mollet après m’être fait trainé par le pied sur quelques dizaines de mètre. Un peu violent ce jeu dans les vagues... Le kiné m’a interdit de ressortir courir la dernière manche…

C’était donc un Championnat extrême où j'ai donné tout ce que je pouvais pour performer et malgré des conditions extrêmes je suis tout de même content d’avoir rempli mes objectifs : avec ma 71ème place sur 167 concurrents je suis premier et seul français dans le rond or, devant les champions que sont Loick Peyron et Philippe Presti notamment ! Après 8 mois seulement de navigation en Moth je suis fier du travail fourni et du résultat obtenu, bien que ce championnat aura été très difficile avec des conditions inhabituelles qui m’ont donné l’impression de ne pas avoir réellement pu m’exprimer pleinement. Mais c’est le jeu et c’est le même pour tous.

Je reviens avec des pistes de travail pour le futur et la certitude que ma démarche d’aller me mesurer à l’élite de la voile anglo-saxonne est celle qui me convient. C’est quand même vraiment excitant de faire des manches devant certains marins de la Coupe de l’America ! Et qu’est-ce que j’ai appris !!

Photos : Thierry Martinez
2n.jpg 2j.jpg 2k.jpg f272be55-a4fa-47a1-b193-968f681c9d6a.jpg d51a5e34-21ec-47b7-9e35-64722d92f1fc.jpg