Home > Fast Multihulls > Sodebo
Click to view full size image
Thomas Coville - Maxi-Trimaran Sodebo: Départ de nuit à Brest - Tour du Monde en Solitaire en mulicoque
Avec un vent de Sud-Sud Ouest de 15-20 nœuds et une forte houle à Ouessant, Thomas Coville a franchi la ligne de départ du record du tour du monde en solitaire en multicoque ce matin à 7h42’44’’ (heure française). Pour battre le record de 57 jours, 13 heures, 34 minutes et 6 secondes, détenu par Francis Joyon depuis 2008, le maxi-trimaran Sodebo doit être de retour avant le 15 mars à 21h15’50’’ (heure française).

Etre au bon endroit au bon moment. C’est tout l’enjeu de ce départ autour du monde aussi attendu que souhaité par le skipper solitaire qui guette depuis trois mois les conditions favorables pour sortir d’un Golfe de Gascogne balayé par des tempêtes successives. Le marin a d’ailleurs été contraint, hier soir, de décaler de quelques heures son départ du ponton pour laisser passer cette nuit un nouveau coup de vent qui rendait la manœuvre de port délicate.

Au-revoirs nocturnes
C’est à 3 heures du matin, à la lueur de la Lune presque pleine, que le trimaran a quitté le port du Château. Sur le ponton brestois plongé dans l’obscurité, on pouvait distinguer les ombres de quelques irréductibles parmi lesquels la femme de Thomas et leurs deux enfants mais aussi les dirigeants de Sodebo qui accompagnent le marin depuis déjà 15 ans. Malgré la pluie et le vent, tous tenaient à saluer un skipper plus déterminé que jamais et très concentré sur son objectif. Thomas n’a pas trainé pour mettre le cap sur Ouessant. Trois de ses équipiers l’ont aidé à hisser la grand voile avant de débarquer à bord d’un semi-rigide devant le port de Camaret, situé à la sortie de la rade de Brest.

Sans transition
Le premier objectif du skipper consistait à couper la ligne avant que le vent ne molisse trop sur la pointe Bretagne. Le maxi-trimaran s’est élancé au près face à un flux de 15-20 nœuds ce qui n’est jamais simple à proximité des côtes. Après un bord de dégagement pour s’écarter de Ouessant, Thomas mettra cap au Sud en tribord afin de traverser le thalweg (zone de vent faible) le plus bas possible dans le Golfe. Il attrapera alors enfin du vent portant de Ouest-Nord-Ouest. Il pourra accélérer et devra rester vigilant en raison des grains orageux prévus sur sa route.

Un tour du monde par les trois caps

Après la descente de l’Atlantique, le chasseur de record doit franchir le Cap de Bonne Espérance (pointe Sud de l’Afrique) puis le Cap Leeuwin (pointe Sud-Ouest de l’Australie) et enfin le mythique Cap Horn (Amérique du Sud) avant de remonter l’Atlantique pour revenir couper la ligne à Ouessant. Un contre-la-montre de 40 000 kilomètres (21 600 milles) considéré comme le plus engagé de la voile en solitaire. Seuls Ellen MacArthur, Francis Joyon et Thomas Coville l’ont déjà terminé sans escale.

Photo : © Yvan Zedda / Sodebo
bb794b13e0d39d5a2f49bf4f137fb805432bed84.jpg a292b207709f809f747a9506e1786b3a9d2a2fcf.jpg 7145ff76ca4234250c346a25ac5cd457026b3522.jpg 546b1f245f20ad057e2ef7fc3dc887c2648ed49e.jpg 112ead0dd49819ca74d8300449247335b952ba3c.jpg