Volvo Ocean Race: La Princesse Letizia baptisera Telefónica avant la course de qualification

Thursday, 06 October 2011



Marraine de Team Telefonica, la Princesse Letizia participera à la cérémonie de baptême sur le village de la course d'Alicante, demain à partir de 10h GMT (12h heure locale).
La Princesse remettra ensuite un drapeau espagnol à l'équipage mené par le champion olympique Iker Martínez. Le Prince Felipe, lui-même coureur olympique et héritier du trône d'Espagne, se joindra ensuite à elle pour rencontrer les concurrents.

Alicante, Espagne - 6 octobre 2011 - Moment royal pour la Volvo Ocean Race : le prince héritier Felipe de Borbón et la Princesse Letizia Ortiz seront présents demain à Alicante pour saluer le départ du parcours de qualification. 

Après la cérémonie, Team Telefonica rejoindra Team Sanya, Abu Dhabi Ocean Racing, PUMA Ocean Racing powered by BERG Propulsion, Groupama sailing team et CAMPER Emirates Team New Zealand sur la ligne de départ. Le coup de feu est prévu pour 15h. 

Madame le Maire d'Alicante Sonia Castedo et le Président de la Generalitat Valenciana Alberto Fabra assisteront également au départ de la course.
Jack Lloyd, Directeur de course, précise que cette épreuve ne compte pas au classement. L'objectif : s'assurer que tous les systèmes de sécurité sont validés avant que les équipages ne partent pour 39 000 milles sur les océans les plus hostiles de la planète.

Les équipes devront effectuer plusieurs exercices - dont une manœuvre de l'homme à la mer pour tester la compétence des équipes et le nouveau système de repérage de l'homme à la mer.

Les équipes devront aussi tester le système de barre de secours et les voiles de tempête pendant ce parcours aller-retour entre Alicante et Palma de Majorque.

« La course de qualification est une condition de sécurité supplémentaire que nous avons décidé d'ajouter après l'édition 2008-00. Notre démarche a été bien accueillie par les marins, » affirme Lloyd. 

  « L'objectif est de s'assurer que l'équipement de sécurité, les procédures et l'ensemble des équipements média sont essayés et testés avant la première course In-Port, le 29 octobre. Nous avons supprimé certaines règles comme l'attribution de points, mais ce sera la première opportunité pour les équipes de naviguer en flotte. »

Pour certains skippers, il sera sans doute tentant de saisir cette occasion pour comparer bateaux et équipages, mais le désir de garder secret la conception des voiles, les caractéristiques du bateau et les manoeuvres rentreront aussi entrer en jeu.

« Je suis prêt à parier qu'à chaque fois que vous mettez une flotte comme celle-ci avec de tels marins sur une ligne de départ, ils voudront toujours faire la course, » s'amuse Ian Walker, skipper d'Abu Dhabi Ocean Racing.

Le skipper de CAMPER, Chris Nicholson, partage cet avis : « Il est facile de dire maintenant que nous allons simplement faire un petit parcours d'entrainement, mais c'est toujours la même histoire : quand vous êtes sur une ligne de départ à coté de quelqu'un, vous y allez à fond. »

Ken Read, skipper de PUMA Ocean Racing, affirme que cette course de qualification est un vrai plus pour assurer la sécurité des hommes en mer.

« Je ne connais aucune course qui ait déjà fait ça. On appelle ça une course d'entraînement, mais en fait on s'entraînera à tout sauf à courir. »

Le skipper de Telefónica, Iker Martínez, affirme que son objectif principal est de s'assurer que les systèmes de sécurité sont en état de fonctionnement.

« Quand nous serons prêts les uns des autres, c'est sûr, nous essaierons de faire le mieux possible. Mais c'est d'abord un parcours pour essayer de valider toutes les procédures et le matériel de sécurité dont nous pourrions avoir besoin pendant la course. »

Mike Sanderson, lui, se remet d'une opération d'urgence pour appendicite aigüe. Le skipper de Team Sanya pourrait pourtant participer partiellement à cette épreuve.

« Je me sens plutôt d'attaque et j'aimerais faire quelques bords dans la baie puis débarquer du bateau avant que les équipages ne partent au large. 

« De toute évidence, il faudra que j'ai une autorisation pour le faire, et ça veut également dire que nous naviguerons à 12 pour la première partie de la course. »

Cette course de qualification partira en face de la plage de Postiguet à Alicante à 13h00 GMT (15h00 heure locale) vendredi 7 octobre. La flotte fera un bref parcours côtier à  Cabo de las Huertas avant de revenir sur la ligne de départ pour partir vers Tabarca, Palma et revenir à Alicante. La flotte est attendue sur la ligne d'arrivée très tôt dimanche 9 octobre.

La première course In-Port aura lieu à Alicante le 29 octobre. Puis les six équipes s'attaqueront aux 6 500 milles entre Alicante et Le Cap, Afrique du Sud, le 5 novembre.


PROGRAMME - GMT

8h00 - Le village de la course d'Alicante ouvre aux médias

8h45-9h15 - Interviews des skippers dans la zone mixte des médias

9h35 - Cérémonie de départ et défilé des équipages

10h00-10h15* - Bénédiction royale de Team Telefónica

10h30 - Les bateaux quittent le port

13h00 - Début de la course qualificative

* Ces temps sont indicatifs et peuvent être sujets à des ajustements.

Citations des skippers

Iker Martinez, skipper de Team Telefónica
 :
"Nous voulons vraiment aller naviguer les uns contre les autres, mais le but de cette qualification est de tester nos systèmes de sécurité. C'est certain que lorsque nous serons bord à bord, on fera de notre mieux,  mais c'est vraiment une course pour tester tout les dispositifs de sécurité dont nous pourrions avoir besoin pendant la course C'est juste une course d'entraînement. Mais c'est sûr que passer les différents tests imposés, nous serons à fond. "

Frank Cammas, skipper de Groupama sailing team :
«C'est un entraînement. Nous devons faire le test de l'homme à la mer d'exercice sérieusement, dont cela ne sera pas une course. Nous voulons être rapide, nous allons nous battre pour cela, mais verrons bien. "

Ken Read,  skipper de PUMA Ocean Racing powered by BERG Propulsion :
" Je ne connais aucune course qui a déjà fait cela. Ils appellent cela une course d'entraînement, mais on ne s'entraînement pas à faire la course ; on la fait, tout simplement. Volvo a créé tout un panel de scénarios sur lesquels nous devons nous entraîner, tout en espérant que cela n'arrivera jamais, mais dans les faits on sait que cela peut arriver. C'est une idée unique, mais elle est vraiment bonne unique."

Ian Walker, skipper de Abu Dhabi Ocean Racing:
" Je suis prêt à parier qu'à chaque fois que vous mettez une telle flotte avec de tels marins à bord sur une ligne de départ, ils voudront toujours faire la course. La vraie question est de savoir si vous utilisez vos voiles de course ou vos voiles d'entraînement. Je pense que nous allons probablement utiliser largement nos vieilles voiles juste pour économiser les neuves. Mais il y a aussi de bon argument pour utiliser les jeux neufs parce ce que c'et une opportunité de faire de les mettre à poste, de les régler. Vous caler votre gréement et vous l'optimisé.

Chris Nicholson, skipper de CAMPER with Emirates Team New Zealand :
«lls appellent cela une course d'entraînement, mais on ne s'entraînement pas à faire la course ; on la fait, tout simplement. Mais  c'est vrai qu'il y a quelques petites choses sur lesquelles nous souhaitons rester discrets encore un petit moment. Mais pour l'essentiel, nous allons faire la course au maximum."

Mike Sanderson, skipper de Team Sanya :
Ce parcours est une grande opportunité pour nous de faire une sortie et de naviguer aux côtés des autres concurrents. Avoir une idée de nos forces et de nos faiblesses et de nous mettre en jambe pour la course. Nous saurons quand nous serons à 100% et quand nous ne le serons pas. Je pense que chacun va donner le meilleur. Cela va être fascinant. »

Anne Massot

Voir Volvo Ocean Race 2008-9 images :

Voir Volvo Ocean Race 2011-12 images

Last Updated ( Thursday, 06 October 2011 )