Solitaire du Figaro: Le raz Blanchard pour juge de paix

Monday, 04 August 2008

Gildas Morvan n’a plus que 100 milles à faire pour gagner Cherbourg-Octeville ce soir. Mais le vent est tombé et tout peut encore être remis en cause au raz Blanchard, 15 milles avant l’arrivée. 

Au pointage de 4h30 ce lundi, Gildas Morvan (Cercle Vert), dans le nord de l’île de Batz, est toujours un solide leader. A 100 milles de l’arrivée, il possède 11 à 15 milles d’avance sur ses quinze plus proches rivaux, qui naviguent 8 milles au-dessus de la route. Le skipper de Cercle Vert, comme tous ceux de l’avant, a choisi cette nuit de passer à l’extérieur de Ouessant. Une trajectoire qui a piégé le malheureux Gérald Véniard : il a trop rasé l’île et s’est fait stopper par la renverse. Macif – qui était le premier poursuivant de Cercle Vert hier soir - s’en retrouve relégué à la… 23e place, à 21 milles. Son déficit au leader a doublé en quelques heures !

e leader du général Nicolas Troussel (Financo) a en revanche confirmé sa spectaculaire remontée : 6e à 11 milles, il est parfaitement dans le match et ses huit heures d’avance sur Gildas Morvan peuvent lui permettre d’être relativement serein. Mais que la lutte est chaude chez les chasseurs ! Du 2e, Gildas Mahé (Le Comptoir Immobilier) au 10e Nicolas Bérenger (Koné Ascenseurs), neuf bateaux se tiennent en moins de 3 milles. Et six prétendants au podium d’étape tiennent en un mille : les deux DCNS de Christopher Pratt et Romain Attanasio, Thierry Chabagny (Suzuki Automobiles, bien revenu à la 4e place), Nicolas Troussel (Financo), Erwan Tabarly (Athema), Frédéric Duthil (Distinxion Automobile) et Thomas Rouxel (Défi Mousquetaires). Le deuxième du général Christian Bos (Région Midi Pyrénées), lui, risque de payer cher cette étape : il a perdu 10 milles supplémentaires et se retrouve 39e à 34 milles du leader. 

Autre fait notable et révélateur de la difficulté de cette étape : il faut attendre la 35e place pour trouver le premier bizuth, Adrien Hardy (Agir Recouvrement). Le passage de la pointe de Bretagne a été épique pour certains, comme François Gabart (Espoir Région Bretagne) qui a perdu son mouillage léger dans l’atterrissage sur Ouessant, ou Armel Tripon (Gedimat) qui a osé couper le fromage en naviguant au millimètre à l’intérieur de l’archipel de Molène, où il y a très peu de fond. Six bateaux de l’arrière ont pu embouquer le Fromveur entre Ouessant et Molène, mais leur classement fait forcément l’élastique en fonction des courants.

Voilà pour la situation de ce matin, à laquelle il faut ajouter une information de taille : le vent est tombé. Il n’y a plus que 10 nœuds de nord-ouest sur zone et comme la flotte lutte contre le courant (jusqu’à 9h ce matin), les vitesses des bateaux ont chuté : moins de 5 nœuds contre 11 à 12 nœuds hier soir. « Le vent va rentrer mais quand ? Ce timing va décider de beaucoup de choses sur la fin» résume Thomas Rouxel, «si le vent rentre et qu’on franchit le raz avec du courant favorable, il ne se passera plus grand chose. Mais à l’inverse, si le vent ne rentre pas et qu’on se retrouve bloqués, il pourrait y avoir un rassemblement de la flotte et peut-être une redistribution ». On n’en est pas encore là, mais le suspense demeure. Il ne sera levé que cet après-midi, ou plus probablement en soirée. 

Ils ont dit :

Gildas Morvan (Cercle Vert) : « à Cherbourg-Octeville avant la nuit !. Les conditions ont bien changé hier on a eu jusqu’à 28 nœuds avec beaucoup de mer, maintenant on a enfin une bonne visibilité et on a une mer relativement plate, on voit même les étoiles, ça annonce une belle journée…. Je sais pas trop s’ il y a de gros écarts car ça a molli pas mal. Ce qui est sûr c’est qu’on sera à Cherbourg avant la nuit ! » 

Thierry Chabagny (Suzuki Automobiles) : « Il n’y a rien de fait : avec le passage du Raz Blanchard tout peut être remis en cause vu la proximité des autres bateaux entre eux.

Soazig Guého

Last Updated ( Monday, 04 August 2008 )