La Solitaire du Figaro: Et maintenant l'autoroute de Gascogne

Saturday, 02 August 2008

Tirés d’affaire. Par le travers de La Corogne, la flotte a touché comme prévu un flux de sud-ouest qui devrait aller forcissant. Ce ne sont pas encore les grandes vitesses, mais on progresse à 6 ou 7 nœuds vers le but. Sur la route directe, Gildas Morvan (Cercle Vert) a pris l’avantage, mais il doit se sentir un peu seul car le peloton mené par Gildas Mahé (Le Comptoir Immobilier) a préféré une route plus au large.

« Ciel couvert, nuit sans étoiles, encore un peu de résidu de mer s’atténuant… dans un vent de secteur sud-ouest d’une douzaine de nœuds, la flotte progresse sous spi, relativement groupée. Gildas Morvan a pris 7 milles d’avance en privilégiant une trajectoire proche de la route directe alors que le peloton est décalé dans l’ouest. » La carte postale de la nuit est signée Jacques Caraës à 5h ce matin, à bord du bateau Direction de course. Tout est dit, ou presque. La bonne nouvelle est que la flotte semble tirée d’affaire : le spectre de la pétole s’est enfin effacé et le fameux cap Finisterre - dont on disait qu’il serait le premier juge de paix de cette deuxième étape vers Cherbourg-Octeville – est dans le tableau arrière.

Le vent, plus stable, permet même aux marins solitaires d’enclencher de temps à autre leurs pilotes automatiques pour s’accorder de courtes périodes de repos. Vigilance tout de même, car la flotte frôle le rail des cargos de la pointe nord-ouest de l’Espagne. Il fait doux, légèrement humide sur les Figaro Bénéteau. Au pointage, il y a peu d’écart dans le gros du peloton, avec par exemple les 20 bateaux derrière Cercle Vert qui tiennent en 2,5 milles. Ce peloton est emmené pour l’instant par Gildas Mahé (Le Comptoir Immobilier, 2e), Christopher Pratt (DCNS 97), Frédéric Duthil (Distinxion Automobile), Jeanne Grégoire (Banque Populaire) et Erwan Tabarly (Athema). On trouve dans ce groupe le tenant du classement général Nicolas Troussel (Financo). Son dauphin Christian Bos (Région Midi Pyrénées) est 31e, à 11 miles de Cercle Vert et 2 milles de Financo. Plus à l’est, l’Italien Pietro D’Ali (Mc Louis) et Armel Tripon (Gedimat) sont les deux seuls autres bateaux à se rapprocher de l’idée du meneur Gildas Morvan, mais à une dizaine de milles derrière lui.

Rien n’est fait, mais à la vacation du matin le soulagement était le sentiment le mieux partagé : tous les solitaires s’accordaient pour estimer que le vent n’allait maintenant faire que forcir – sans doute jusqu’à une vingtaine de nœuds – ce qui permettra d’allonger la foulée vers la pointe de Bretagne. A bord de Suzuki Automobiles, Thierry Chabagny résumait la situation : « on arrive sous l’influence de la dépression,  comme prévu. On entre sur l’autoroute pour traverser le golfe de Gascogne où on va enfin avaler des milles assez rapidement, ce qui n’a pas été le cas depuis le début de cette Solitaire. »

BM

Ils ont dit

Gildas Morvan (Cercle Vert) : « On a un peu plus de vent que prévu sur les fichiers, on avance bien et on a droit à un peu de vagues, ça glisse et ça surfe un peu. Il y avait un truc à faire un peu à terre, voilà pourquoi je suis ici, maintenant est ce que ça va payer, on verra ça au classement… On a du sud-ouest, pas encore très fort mais après ça devrait aller vite ensuite sur un seul bord jusqu’à Ouessant. »

Grégory Gendron (Sopra Group 2) : « Au largue serré sous spi, on essaie de gagner dans le nord chercher le vent plus fort. C’est des belles conditions, c’est sympa le long des côtes de La Corogne. Je me régale, c’est une belle nuit. Je vois des bateaux autour, je dois être au milieu du paquet. L’idée, c’est de ne pas tout de suite faire la route mais de gagner dans le nord pour trouver de la pression. J’ai réussi à faire quelques petites siestes. »

Voir La Solitaire du Figaro images:

http://www.bymnews.com/photos/thumbnails.php?album=164

Last Updated ( Saturday, 02 August 2008 )