Transat Ecover B to B: Les solitaires ne sont plus a 100 percent de leur potentiel

Sunday, 09 December 2007

Ils ne sont donc plus que treize en course dans la transat Ecover-BtoB puisque, après Armel Le Cléac'h, c'est au tour de Mike Golding de jeter l'éponge suite à des problème redondants d'électricité. Et si Loïck Peyron mène toujours la flotte, le danger vient désormais de Kito de Pavant et de Michel Desjoyeaux, les moins "handicapés" de la flotte...

La nouvelle du jour est bien l'abandon déclaré du Britannique Mike Golding (Ecover) ! Déjà depuis plusieurs jours, il apparaissait évident que son monocoque connaissait des problèmes techniques : « Ce n'est pas une décision que je prends facilement. Je ne suis pas réputé pour abandonner face à l'adversité mais il s'agit ici de sens marin. Il y a trop d'enjeu pour faire naviguer inutilement le bateau dans ces conditions. Le but premier de cette transat Ecover-BtoB était de se qualifier pour le Vendée Globe et d'accumuler des milles en situation de course. Dès la fin de la transat Jacques Vabre, nous avons eu une discussion avec l'équipe technique d'Ecover et nous avons décidé que je la courrais uniquement qu'avec un bateau compétitif, ce qui était le cas au moment du départ. Ce n'est plus le cas suite à ces problèmes. Des petits soucis peuvent devenir beaucoup plus importants dans le golfe de Gascogne en décembre. A partir de maintenant, ce ne serait plus qu'un test de ma capacité à ramener le bateau en un seul morceau, en aucun cas nous n'apprendrions plus sur ce que nous avons besoin de savoir pour le futur. Les 600 milles à venir seront à eux seuls un défi et ce ne sont pas cinq jours faciles qui m'attendent. » Mike Golding devrait donc se rappatrier vers les Canaries pour résoudre des problèmes qui ne peuvent l'être en solitaire...
Et de fait, les solitaires ne sont plus à 100% de leur potentiel, à l'exception peut-être de Michel Desjoyeaux (Foncia) qui pourrait bien mettre la pression ces jours prochains sur le leader Loïck Peyron (Gitana Eighty) qui reste handicapé par l'absence de giroutette. Un leader qui arrive tout de même à maintenir l'écart mais qui doit désormais se méfier de Kito de Pavant (Groupe Bel) ! "C'est un dimanche peinard ! De bonnes conditions avec 20-25 noeuds de vent d'Est, deux ris dans la grand voile et trinquette. Ca marche à 17 noeuds... J'ai des problèmes avec mes bosses de ris (cordage qui sert à réduire la surface de la grand voile) mais comme le vent va mollir dès ce soir ou dans la nuit... Après, on va terminer avec du Sud-Ouest jusqu'à l'arrivée ! Être deuxième est une bonne nouvelle mais personne n'est à 100% ! Marc (Guillemot) m'a appelé pour m'expliquer ses problèmes de quille puisque nous avons approximativement les mêmes bateaux, mais moi, je n'ai pas ses soucis... On devrait arriver jeudi... ou vendredi."

Un dimanche à la tempête

Pendant que les solitaires bataillent dans des alizés en train de faiblir, la tempête est de mise en Bretagne avec des rafales à plus de 60 noeuds ! Et plusieurs navigateurs (trices) étaient autour de la table dominicale à La Trinité/mer pour "refaire le match" : "une nouvelle donne", "ça va déménager", "l'homme est vraiment un étranger en mer", "du froid après le chaud", "un océan d'incertitude"... Les commentaires fusaient pour tenter de se mettre à la place de ces solitaires pour qui la vie n'est pas toujours rose. A l'image de Yann Eliès (Generali) qui dévoilait (enfin !) les causes de ses performances en deça du potentiel théorique de son monocoque : "J'ai eu de 0 à 20 noeuds de vent cette nuit ! Très variable... En plus j'ai tenté de me décaler à l'Ouest et je suis tombé sur des grains ! Il a fallu se battre et maintenant, on va retomber dans des calmes... En fait, depuis avant le Pot au Noir, j'ai mon génois qui s'est ouvert et maintenant, c'est le foc solent... J'ai essayé de réparer mais je ne peux pas l'envoyer avec des brises aussi instables. Donc je navigue avec le foc de brise ORC et c'est moins performant. Je suis quand même à peu près sûr d'arriver ! Je suis un "Eliès"..." Et du côté de Michel Desjoyeaux, le ton était plus percutant et l'ambiance plus sereine : "Des grains, donc du boulot ! Et la température qui baisse franchement... Là, je marche entre 13 et 15 noeuds dans un vent variable avec quelques bonnes smolles. L'anticyclone est devant et il y a un trou de souris pour passer sans encombre. Pas évident tout de même... Je charge quatre fichiers météo par jour et ça fait du travail pour trouver la bonne solution..."

En bref, les conditions météorologiques vont nettement s'améliorer ces heures prochaines pour l'ensemble de la flotte , mais le ralentissement ayant lieu par devant, il faut s'attendre à une "compression" donc à un retour passager des poursuivants, toujours emmenés par Yannick Bestavent (Cervin EnR) qui réalise un superbe parcours depuis le départ de Bahia. Pas vraiment d'initiatives possibles en ce moment ce qui met la flotte sur une trajectoire identique, cap au Nord. Mais de là à aller jusqu'aux Açores, nenni... Le vent va progressivement basculer au secteur Sud ce qui permettra de raccourcir la route en pointant vers le but. Après cette "transition" anticyclonique, l'objet reste d'attraper au plus tôt la dépression qui va balayer l'archipel açorien dès lundi pour finir au vent portant... Et il faut se dépêcher car derrière ce front, la brise va tourner au secteur Est dans le golfe de Gascogne. Les premiers vont forcément creuser l'écart sur la fin... Et parmi ces leaders, gageons que Michel Desjoyeaux et Kito de Pavant sont les mieux armés pour déstabiliser la suprématie de Loïck Peyron, acquise depuis le Pot au Noir !

Dbo

See Transat Ecover B To B images:


Last Updated ( Sunday, 09 December 2007 )