Route du Rhum : Classe40, les autres, les echos Print E-mail
Monday, 30 October 2006
Rivacom:


Classe 40 : Gildas Morvan à petite vitesse

La première nuit de course a été mouvementée pour les 25 concurrents de la Classe 40 qui évoluaient péniblement ce lundi matin à hauteur de l'île de Batz dans un vent toujours extrêmement variable en force et en direction, voire inexistant par endroits. Tout au long de la journée, les solitaires dont les speedo ont affiché des vitesses comprises entre 0 et 6 noeuds, ont enchaîné les manoeuvres à l'image de leur première nuit en mer. Empannages, virements de bord, changements de voile et... mouillages ! Ce fut notamment le cas ce matin de Thibaut Derville. Le skipper de Cap Vad a en effet été contraint de jeter l'ancre au large de Roscoff, le courant étant plus fort que le vent. Dans ces conditions pour le moins volages, c'est Gildas Morvan à la barre de son Oyster Funds qui a su le mieux tirer son épingle du jeu. Au classement de 16 heures, il occupait la première place devant Dominic Vittet (Atao Audio System) et le Britannique Ian Munslow (Bolands Mill). La flotte devrait prochainement bénéficier d'une légère brise de sud-ouest avant que celle-ci ne vire ouest et nord-ouest. Cette bascule de vent devrait ainsi permettre aux leaders de la flotte d'atteindre Ouessant vers 21 heures ce soir.

Les autres classes

Chez les multis Classe 2, Franck-Yves Escoffier (Crêpes Whaou!) a déjà creusé l'écart sur ses sept poursuivants. Eric Bruneel (Trilogic), deuxième, pointe déjà à 40 milles derrière et son fils Loïc (Deleage & Diazo), suit en 3e position. Autre bonne nouvelle chez les Escoffier, Servane (Vedettes de Bréhat Cap Marine) pointe également en tête de sa classe des monos Classe 2, juste devant Luc Coquelin (Cap Guadeloupe 971). Du côté des multis classe 3, Ross Hobson (Ideal Stelrad) mène ses deux adversaires qui le suivent dans un mouchoir de poche. Pierre-Yves Guennec (Jeunes Dirigeants) a pris les commandes des monos classe 1, tandis que le Belge Michel Kleinjans (Roaring Forty) occupe les avant-postes de la flotte des monos classe 3.

Les échos du large

Franck Cammas (Groupama) :

" Je vois Banque Populaire sous mon vent. Cette nuit, j'ai essayé de me reposer à la barre mais ce n'était pas évident. Le vent à tourné beaucoup, il a fallu envoyer le gennaker, affaler, remettre les deux dans les sacs, etc...Ce soir, il y a un front à franchir, on va certainement manoeuvrer pas mal, mais on devrait descendre plus vite avec du portant à partir du milieu de nuit."

Pascal Bidégorry (Banque Populaire):

"La nuit dernière on a composé avec les petits airs, mais je pense qu'on approche du front, car on a maintenant 12 à 13 noeuds de vent un peu plus stable. Il y aura peut-être un peu de grains à négocier cette nuit, il faudra être dessus pour passer le front. J'essaie de faire de l'ouest avec un petit peu de nord-ouest. Les positions sont importantes mais elles ne sont pas capitales, il faudra juste être bons quand on va repartir au portant."

Michel Desjoyeaux (Géant):

"J'ai pris quelque chose dans le safran la nuit dernière, mais c'est reparti sans souci. On a eu droit à un peu de tout depuis le départ : de la pétole, du brouillard, des cargos. Mais le vent commence à monter doucement, on va pouvoir accélérer un peu, ça va nous changer!"

Thomas Coville (Sodeb'O)

"Maintenant les positions sont bien tranchées entre ceux du nord et ceux du sud, chacun est lancé. On verra plus clair demain, mais derrière le front on va se régaler. Si ça passe comme prévu on va accélérer très fort et ça peut faire une Route du Rhum super rapide!"Jean-Pierre Dick (Virbac-Paprec):

"Il y avait un peu plus de vent sur la côte anglaise, l'option était de venir là, je vais passer à 7 ou milles des Scilly, ça a l'air payant mais ce n'est que le début. Pour l'instant c'est de bon augure, cette nuit le vent devrait monter."

Jean Le Cam (VM Matériaux):

"Je vois Sill à mon vent. Jusqu'à 11h, le vent c'était un peu n'importe quoi, mais depuis ce midi le baromètre baisse légèrement, ça a l'air un peu plus franc. Tant mieux, parce que cette nuit on avait des bascules de vent de 30 degrés en permanence et on a été obligés de beaucoup manoeuvrer."

Cécile Poujol (PACA Entreprendre) : " Il n'y a pas d'air : j'avance à deux noeuds ! Je viens d'enlever le spi tellement c'était mou et je navigue actuellement sous code zéro, à vue avec Pierre-Yves Chatelin. Depuis le départ, j'ai essayé toute la garde-robe du bateau. Sinon, j'ai réussi à dormir, à manger. J'ai juste les deux bras trempés parce que j'ai passé la nuit à retirer des algues des safrans. Mais tout va bien à bord, c'est nickel ! "

Gery Trentesaux (Guyader l'Esprit de la Mer) :

" Je n'ai pas beaucoup dormi cette nuit parce qu'il n'y avait pas beaucoup de vent et que c'était très variable. On a néanmoins eu un peu de thermique. Je suis passé entre les sept îles et la terre cette nuit. Là, je repars un peu au large parce que j'ai l'impression qu'il y a plus de vent. "

Route du Rhum photos
Route du Rhum audios
Last Updated ( Monday, 30 October 2006 )
< Prev   Next >